Depuis 1992, La Revue Documentaires poursuit sa démarche de réflexion, de critique et d’échange autour du cinéma documentaire.

Plusieurs de nos cahiers thématiques sont devenus des références bibliographiques pour des auteurs, réalisateurs et techniciens, ainsi que des étudiants, enseignants, historiens et chercheurs dans le domaine du cinéma documentaire.

Dernière publication (juin 2017)

N° 28 • Disparition(s)

En savoir plus

N° 26-27 • Filmer seul-e

En savoir plus

N° 25 • Crises en thème

Filmer l'économie.

En savoir plus

N° 24 • D'un corps à l'autre

Le corps dans le documentaire.

En savoir plus

N° 22-23 • Mai 68

Tactiques politiques et esthétiques du documentaires.

En savoir plus

N° 21 • Le son documenté

---

En savoir plus

N° 20 • Sans exception… culturelle

En savoir plus

N° 19 • Palestine-Israel

Territoires cinématographiques.

En savoir plus

N° 18 • Global/local

Documentaires et mondialisation

En savoir plus

Vient de paraître - Maintenant disponible

Commandez-le dès aujourd'hui

Retrouvez le dans la boutique

28 • Disparition(s)

Disparition, perte, quête sont des thèmes avec lesquels le cinéma dans tous ses aspects se sent, dès ses débuts, en affinité. Le cinéma est dans son essence même art de la disparition : art du temps enregistré dans sa fuite où les acteurs se meurent à petit feu. Chacun de ses instants tente de retenir l’instant précédent, tout entier consacré à magnifier la perte du temps qui passe.

En préparation : Le film comme forme-de-vie ?

Le prochain numéro de la Revue Documentaires souhaite articuler la notion de « forme-de-vie », travaillée de longue date dans les textes philosophiques de Giorgio Agamben avec celle du « Comment tu te débrouilles avec la vie? » repérée dans le film Chronique d’un été de Jean Rouch et Edgar Morin. Autrement dit – car ces références sont seulement indicatives, non prescriptives – l’idée est de réfléchir avec des films et leurs réalisateurs à la mise en tension entre ce qui permet aux vies d’être accueillies dans le cinéma documentaire, et ce que Gilles Deleuze nomme la fonction de fabulation au cinéma.

Contributions En savoir plus